Disque "Snaar"






« Cette nouvelle formation reprend des mélodies datant du XVIe siècle dont les thèmes empruntés à de vieilles chansons populaires flamandes et suivis d'arrangements en version instrumentale postmoderne.
Au programme, tout un programme !!!!
Un grand merci à ces musiciens des temps anciens qui inventèrent ces mélodies, ces chansons populaires. A ceux qui les jouèrent, les chantèrent, les colportèrent au fil des siècles.
Un grand merci également à Edmond Decoussemaecker qui, sur ordre de Napoléon III, en collecta quelques centaines.
Un grand merci amical et plus proche de nous à ces pionniers du " revival " de la musique flamande (côté français) des années 70 : Marieke en Bart, Klauwaerts, Haeghedoorn, De kreupelaer... Puis, plus tard, Smitlap, Blootland...
Un grand merci aussi à tous ceux que j'oublie aujourd'hui, musiciens des plus inspirés aux plus modestes, qui par leur pratique conviviale ont contribué à ce que cette musique soit encore vivante.
La plupart de ces titres sont issus du Westhoek français. En voici une nouvelle interprétation, que Gabriel, Gérald et moi-même sommes heureux de vous présenter.»
William



Pour le commander, visitez le site www.bemolvpc.com



  • 1 - De kreupelaer
  • 2 - Pierlala
  • 3 - Het afzyn
  • 4 - Jan de mulder
  • 5 - Jan mynen man
  • 6 - Blanchefleur
  • 7 - Halewijn
  • 8 - Moeder Porret
  • 9 - Den nieuwe wagen
  • 10 - Het duivelross
  • 11 - Mavrouw
  • 12 - Cecilia


"Derrière ce nom qui ne respire pas vraiment le trop sérieux et un titre d'album qui me rappelle un fameux groupe belge qui ne l'était pas davantage, se cachent trois personnages bien connus dans le Nord et au delà.
William Schotte tout d'abord, sans doute le plus connu dans cette région mais pas forcément dans le registre traditionnel : ses albums précédents sont davantage ceux d'un chanteur, même s'il exploite la veine régionale dans ses textes. Plutôt que de s'accompagner à la guitare (ce qu'il a du faire à ses débuts), c'est le violoncelle qu'il a choisi comme compagnon de chant et qu'il utilise ici exclusivement puisque cet album est un pur instrumental.
Gabriel Lenoir ensuite, au violon, le plus jeune de l'équipe mais celui dont je vous ai déjà le plus parlé, et encore tout dernièrement à propos de " La Maison de danse " et, pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, précédemment au sein de Shillelagh ou La Généreuse.
Gérald Rickeboer enfin, à la mandole, l'un des pionniers de la musique trad. dans le Nord et toujours présent. On se souvient de son Cd en duo musette baroque et banjo avec Youra Marcus il y a quelques années.
Tout cela sur un répertoire traditionnel local dont le livret ne nous indique toutefois pas le détail des sources. Violon et violoncelle donnent à ces interprétations un caractère musique de chambre très agréable. Mais les rythmes traditionnel viennent relancer régulièrement la machine et empêcher toute morosité. Impossible d'ailleurs de ne pas songer au Quatuor (celui de L. Vercambre) sur une plage où ils se laissent un peu aller à délirer. Et puis la mandole de Gérald, à la sonorité un peu plus acide, contribue à introduire un certain décalage.
J'écoute toujours au moins trois fois les CDs avant de vous les chroniquer, mais pour celui-ci, cela était déjà fait le jour où je l'ai reçu (en boucle quoi.) mais j'ai encore récidivé depuis."


Jean-Luc Matte - Infomumuses n°16




"La plus grande partie des mélodies interprétées par ce trio est issue du Westhoek français, l'extrême nord de la France, une région de langue flamande.
Le groupe, réduit et qui a décidé de chercher le dépouillement et la simplicité, associe des " anciens ", comme Gérald Ryckeboer (mandole) et William Schotte (violoncelle) à un plus jeune : Gabriel Lenoir, dont on retrouve avec plaisir le jeu distingué et phrasé au violon.
La musique est sensible et ne manque pas d'humour. C'est un rayon de soleil, ancré dans les répertoires traditionnels et toujours soucieuse d'inventer. Les nostalgiques du Quatuor Fanfare ou de Verviers Central seront ravis des ambiances de trio classique (notamment dans les parties de mandole et de basse) comme des passages plus improvisés ou des aspects swing. Un régal. "


Claude Ribouillault - Trad Mag n° 126