Disque "La généreuse"






La Généreuse est une photo sonore de mon jardin secret musical que je vous livre d'un bloc.
Les musiques sont inspirées de belles rencontres, de bons moments, des petits instants magiques qui nous rendent la vie belle. D'aucuns noteraient sur un petit carnet, pour moi tous ces instants ne sont que musiques.
Lorsqu'une culture musicale se mêle à d'autres univers sonores pour le plaisir, pour trouver une énergie commune, il arrive parfois, lorsque les musiciens sont en présence, que le fruit de cette rencontre soit un véritable métissage de sons, d'énergies, de cadence et de swing, dans l'évidence au présent d'un plaisir à jouer ensemble.
Avec Aurélien et Gabriel, mon univers musical est transcendé par cette rencontre : le son et l'écoute au service de la musicalité sont les qualités premières de ces deux musiciens avec qui j'ai la chance de travailler. La musique, bien qu'écrite, change et se construit au fur et à mesure qu'elle se joue, chaque moment est unique.



Pour le commander, visitez le site www.bemolvpc.com



"L'accordéoniste poitevin Benoit Guerbigny semble aimer les rencontres musicales puisque chacun de ses albums fait intervenir d'autres comparses : on l'a connu en duo avec Robert Thébaut, on l'avait entendu précédemment en quartet avec Buff'Grôl, sa discographie nous indique qu'il a également enregistré en duo avec Christian Pacher et en remontant dans le temps on le retrouve sur un CD de rencontre entre musiciens trads et orchestre de jazz.
Le voici aujourd'hui avec deux comparses dont je vous ai entretenu il y a quelques mois à peine : le violoniste Gabriel Lenoir et le guitariste Aurélien Tanghe qui, avec Benjamin Macke, forment le groupe de bal Shillelagh.
Il faut bien reconnaître que si Benjamin est loin d'être un mauvais accordéoniste (1), la comparaison des deux formations montre que le métier, la maturité musicale de Benoît Guerbigny nous placent à un autre niveau : outre ses talents d'instrumentiste, il impulse au trio une dynamique, un swing bien particulier et le fait qu'il ait baigné dans le monde de la musique traditionnelle poitevine aux références encore proche n'y est sans doute pas étranger.
Un autre indéniable apport au sein du trio est sa compétence en matière d'arrangements : si je ne m'abuse il anime d'ailleurs de temps à autre des stages de musique d'ensemble. Dernier atout dans sa manche, Benoit compose et La Généreuse, qu'il présente comme " une photo sonore de son jardin secret musical " comporte pour moitié des mélodies à lui et, pour le reste des traditionnels bien choisis ou des compositions d'amis ou transmises par des amis...
La quasi totalité sont des mélodies à danser (mazurkas, valse, valse lente, bourrées, scottischs et... "avant-deux cercle"), histoire de prouver, s'il en était besoin, que la musique à danser peut n'avoir rien à envier à celle de concert..."


Jean-Luc Matte - infomumuses n°5